Roger Beeckmans - le tryptique : "L'école de la tolérance", "Une école en terre d'accueil", "L'école de la vie"

Roger Beeckmans, un cinéaste humaniste.

 

Roger Beeckmans est né à Bruxelles au siècle dernier et, faute d’écoles de cinéma, le cinéaste a appris le métier sur le tas. Athée et défenseur de la laïcité, sa caméra est une arme contre le fanatisme, l’injustice faite aux enfants, en Belgique et dans le monde.

A travers son cinéma, il souhaite donner la parole aux enfants, un visage, les sortir de l’anonymat, souligner l’importance de l’école et de l’enseignement.  Le réalisateur a tourné de nombreux documentaires.

Tous ses films sont porteurs d’un message et l’expression d’un point de vue, documenté, ce qui rend sans doute son œuvre une des meilleures définitions du cinéma documentaire.

Dans ce tryptique, il a rencontré des jeunes de tous âges, à divers moments de leur parcours scolaire. Ces trois documentaires laissent place à la parole des protagonistes qui partagent autant leur ressenti que les enjeux de leur vie quotidienne. Ces coffrets contiennent deux dvd : l'un comprend le film dans son entièreté, l'autre un découpage thématique.

 

 

L'école de la tolérance

L’école N°1 est une école primaire, située dans un quartier de Bruxelles à forte population allogène. C’est une école dite à discrimination positive. Une épithète aussi injurieuse qu’infâmante « d’école poubelle » lui colle à la peau. Elle accueille des enfants venus de vingt-trois pays différents. Les enfants belges se comptent sur les doigts de la main. Le directeur est un humaniste. Il mène au quotidien une lutte contre l’exclusion, l’échec et le racisme.
Le film suit les évènements de l’année scolaire, du jour de la rentrée en septembre 2001 jusqu’à la remise des prix en juin 2002.


Les thèmes :
- Ecole et discrimination
- Les primo-arrivants
- Religion et laïcité
- Insertion
- Progression pédagogique
- L’exil et la guerre

Une école en terre d'accueil

 

« Une école en terre d’accueil » a été tourné dans deux écoles de Schaerbeek, le lycée Emile Max et Frans Fischer. Il rassemble les témoignages d’étudiants, majoritairement issus de l’émigration sur les thèmes suivants : l’identité, la citoyenneté, la mixité et l’égalité entre filles et garçons.
Si les enfants aiment la caméra, les adolescents se méfient des médias, surtout des journaux télévisés, filmés dans la hâte et qui donnent d’eux, surtout des ados issus de l’émigration une image négative et réductrice.


Les séquences pédagogiques :
- La guerre et la paix : comment éviter la guerre, indifférence et engagement.
- Filles et garçons : l’école comme lieu d’écoute, de parole et de droit.
- Croire et connaître : choisir entre le Coran et la Raison.
- Le foulard : un choix ou une obligation ?
- Paroles de femmes : les mutilations sexuelles
- Emigrer : l’insertion, l’intégration.
- José : le portrait d’un étudiant sans papiers.

L'école de la vie

 

Le film a été tourné pendant une année scolaire dans deux centres de formation en alternance (CEFA) à Schaerbeek. Il constitue le troisième volet du triptyque dédié aux adolescents issus de l’émigration et belges, au moment où ils vont aborder le monde du travail. Comme nous a confié un responsable du centre : « Nous formons les artisans de demain et à Bruxelles, ils s’appelleront Ahmed plutôt que Jean-François ».


Portraits et thématiques :
- L’alternance
- Ouda (Djibouti)
- L’insertion - l’intégration
- Paul (Roumanie)
- Deux parcours scolaires
- Fofana (Guinée Conakry), mineur non accompagné